Tanzsalon avec Meg Stuart au l’Operndorf Afrika

En décembre 2019, le dernier d’un total de cinq salons de danse internationaux a eu lieu au Burkina Faso. Sous la direction de Meg Stuart et Moriah Evans, des artistes internationaux et burkinabè ont été invités à échanger des idées et à partager leurs visions.

L’idée des “salons de danse” est née dans le cadre des préparatifs du “congrès de danse” à Hellerau / Dresde, dont Meg Stuart était la directrice artistique. Le but de ces salons est d’établir des dialogues collaboratifs, de s’épuiser, de se saisir, de se soulever, de se casser et de se mettre d’accord et d’apprendre les uns des autres. Les salons sont un rassemblement quelque peu invisible de 15 à 20 artistes, universitaires et experts de la scène locale et internationale qui se réunissent uniquement dans le but de se rencontrer.

Les salons étaient financés par le Goethe-Institut et organisés avec des partenaires locaux (“hôtes”) à Ouagadougou, le partenaire local est le Centre pour le développement chorégraphique (CDC-La Termitière).