Artist-in-Residence 2020

Artist-in-Residence
2020

Diana Ejaita • Rahima Gambo • Taiwo Ojudun Jacob• Anja Saleh

Akinbode Akinbiyi

Commissaire d'art

Akinbode Akinbiyi (* 1946 à Oxford, UK) est un chroniqueur de la vie quotidienne qui s’intéresse plus à la vie courante qu’à le quotidien. Il travaille comme photographe et auteur depuis le début des années 1970. Son accent artistique est mis sur les grandes agglomérations et mégapoles urbaines, en particulier sur le continent africain. Il se déplace comme une poussette dans les rues principales et secondaires à travers la vie quotidienne de ces villes, à travers leurs centres commerciaux et leurs installations de divertissement, afin de réaliser des enregistrements qui donnent vie à la vivacité de ces salles chargées de conflits. Akinbiyi porte son attention sur les rituels de la politique quotidienne, de la spiritualité et de l’humanité au-delà des surfaces brillantes des identités construites. Il cherche, consciemment ou inconsciemment, des pauses dans notre vie quotidienne. Son travail est exposé et publié dans le monde entier. En 2016, il a reçu la médaille Goethe. Plus récemment, son travail a été présenté dans une exposition monographique au Gropius Bau Berlin (7 février – 19 juillet 2020).

Akinbode Akinbiyi à propos de sa participation
au Artist-in-Residence programme

La résidence d’artiste comprend du temps pour réfléchir, pour trouver de nouvelles façons de faire, pour essayer des idées de longue haleine. Le Village d’Opéra est à la fois le siège d’un geste artistique généreux et un lieu où les artistes peuvent se développer davantage – eux-mêmes et leur vision.

Diana Ejaita

Diana Ejaita est une illustratrice et designer textile à Berlin. Née à Crémone, Italie, d’origine nigériane et italienne, le style de l’artiste multidisciplinaire rend hommage à sa lignée ouest-africaine et européenne, tissant le symbolisme à travers des motifs et des textures narratifs. En 2014, Ejaita crée une marque de mode « WearYourMask » pour créer un dialogue entre tradition et modernisme. Plus récemment, le travail d’Ejaita a reçu un plus grand succès en illustrant une couverture pour New Yorker intitulée « Iya Ni Wura (Mother Is Gold) », une ode à la maternité nigériane et universelle suivie de deux autres couvertures « Portrait of History » pour la journée MLK et « A Family Blooms ». Ejaita travaille maintenant comme illustratrice établie pour plusieurs magazines tels que le New York Times.

Diana Ejaita à propos sur sa participation
au Artist-in-Residence programme

J’en suis très excité de travailler et d’apprendre pendant mon séjour au Village Opéra au Burkina Faso. Je suis particulièrement curieux des nouvelles traditions textiles burkinabè et souhaiterais travailler avec des tisseurs et artisans de coton locaux. Je suis très enthousiasmé par cette opportunité de voyager et de découvrir un nouveau pays et une nouvelle culture. J’ai le sentiment qu’en ces temps-ci les connexions, la communication et les échanges entre l’Afrique et la diaspora africaine deviennent de plus en plus complexes et le lien se renforce. Je suis très reconnaissant de cette opportunité.

Rahima Gambo

Rahima Gambo est une artiste et une photographe qui est venue à la pratique artistique en travaillant indépendamment sur des projets documentaires transmédia de longue durée. Actuellement, elle explore une photographie en mouvement réhabilitante à travers les capacités expérimentales de la “marche”, en croisant le récit documentaire avec la géographie psycho-spirituelle, la sociopolitique, l’espace public et l’autobiographie. Elle intègre dans son travail des pratiques de collaboration, la sculpture, l’installation et la performance.

Elle a récemment été nommée « FOAM Talent for 2020 » et elle a été parmi les lauréats du Prix de la photographie africaine contemporaine 2020 et a participé à la World Press Photo Joop Swart Masterclass et la masterclass des photographes du Goethe-Institut à Johannesburg en 2017. Elle a bénéficié de bourses de la Fondation Magnum, de la Fondation Open Society pour la photographie documentaire et du Fonds international des médias pour les femmes.

Website
Instagram

Rahima Gambo à propos sur sa participation
au Artist-in-Residence programme

Je suis honoré d’être invité et j’ai hâte d’être présent, incarné et inspiré en tant qu’artiste en résidence au village. Je poursuivrai mon travail autour de « Walking » pendant la résidence et les nouvelles propositions et départs qui résulteront de mes interactions et enchevêtrements dans ce lieu. 

Taiwo Odujun Jacob

Taiwo Ojudun Jacob (vit à Lagos, Nigéria) est un artiste multidisciplinaire et conservateur nigérian. Dans ses spectacles de danse et en direct, qui incluent également le théâtre physique, la musique et le cinéma, il implique directement le public et tente de percer les discours communs de la scène culturelle locale et internationale. En 2015, il fonde le collectif d’art «Illuminatetheatre Productions» avec deux artistes, dont il est actuellement le directeur artistique. Illuminatetheatre est un laboratoire de création multidisciplinaire à but non lucratif où les jeunes travaillent ensemble pour développer divers projets artistiques expérimentaux qui engagent la société et le public. Les œuvres d’Odujun sont profondément inspirées de ses racines. Depuis 2018, il enquête sur les archives coloniales et les privilèges intenables dans son travail. Ces œuvres reflètent les préjugés sociaux et politiques des communautés africaines postcoloniales. En 2018, Odujun était artiste résident d’un programme d’échange entre Lagos et Berlin, qui est organisé par le Goethe-Institut Nigeria et le ZK / U Berlin, ainsi que membre de la Global Youth Culture Fellowship à Jeju, en Corée du Sud. Odujun est le commissaire d’ «Art Mobile, Lagos», un festival d’art qui s’ouvre à Lagos l’année prochaine.

Taiwo Odujun Jacob à propos sur sa participation
au Artist-in-Residence programme

Je m’intéresse aux femmes, en particulier à la manière dont elles sont perçues et représentées. Car pour l’égalité des sexes, il est essentiel de traiter les différentes formes de ces représentations. Sur le continent africain, il existe diverses interprétations culturelles de l’ « égalité des sexes ». Mes recherches porteront donc sur la représentation traditionnelle africaine des femmes. Il visera à passer au crible les archives orales et la documentation. Je voudrais remettre en question l’hégémonie culturelle afin de comprendre le statut de la domination masculine dans les communautés africaines contemporaines.

Anja Saleh

Anja Saleh (* Allemagne, vit à Berlin) est designer, poète et éducatrice. Avec une formation en sciences politiques et en sociologie, elle s’efforce de remettre en question les connaissances acquises et disponible dans ses écrits et brouillons actuels, en mettant l’accent sur la valeur communicative des objets au lieu de leur simple esthétique. Elle est la fondatrice de TAVII Studio et traite nombre de ses questions et histoires dans ses créations de bijoux et de mode pour TAVII comme une approche moins directe de sa poésie et de sa prose. Étant donné que toutes choses, actions et décisions sont politiques, elle travaille sur des collections qui s’inspirent de communautés moins connues en Égypte et qui remettent en question le statu quo de ce qui est perçu comme bon ou beau design.

TAVII Studio

Anja Saleh à propos sur sa participation
au Artist-in-Residence programme

J’attends avec impatience mon séjour au Village Opéra au Burkina Faso. Non seulement parce que j’y ai l’opportunité d’échanger des idées et d’apprendre sur l’art contemporain, une nouvelle culture et, surtout, les gens autour de moi, les habitants, les artisans locaux et mes collègues artistes. Mais aussi parce que l’expérience promet de soulever encore plus de questions, car elle implique plus de réflexion sur mon personnel, mais aussi le positionnement collectif de personnes comme moi (de la diaspora africaine) et la revendication inconsciente de leur existence, de leurs idées et histoires, qui doit être observé partout. Non seulement ce sera une expérience enrichissante, mais aussi – je l’espère – enlèvera de nombreuses idées et définitions de moi-même et en même temps me permettra d’apprendre des artisans et de l’environnement unique.

 

La résidence d’artistes de l’année 2020 a été créée avec le soutien amical de: