Panel Discussion

Operndorf Afrika présente:

“Über die Kunst, die Waffen gegen sich selbst zu wenden”
Un panel de discussion avec Friedrich von Borries, Clémentine Deliss, Ariane Müller
Présenté par Sonja Lau
Lieu: Wiensowski & Harbord, Bunker at Lützowstraße 32, 10785 Berlin
14h00, Entrée gratuite
La discussion aura lieu en allemand

 

Dans ce panel, nous nous concentrons sur l’écart présent entre l’Operndorf Afrika situé au Burkina Faso en tant que lieu de production et un autre, plus spectral, Operndorf, qui génère une production déplacée au sein de sa localisation en Allemagne. L’application du terme «opéra» est toujours lié à au moins deux cadres. Premièrement, en termes de méthode d’amplification – l’opéra en tant que forme d’art, en tant qu’école élémentaire, en tant qu’hôpital – en second lieu, en tant que réverbération critique interne et d’une «opération» de schémas de pensée et de discours rigides (occidentaux).

La cohabitation de ces deux opéras, ou villages de l’opéra, donne une idée des incitations artistiques initiales qui ont conduit à ce projet. Mais cela ouvre également la voie à une discussion sur une urgence esthétique et politique, imprégnée de différentes manières de traiter les relations et les dynamiques d’un projet à collaboration globale. Quelles formes de (ré) médiation, de (re) répartition des rendements financiers et des rendements symboliques, de (dés) armement de souveraineté discursive sont dues ou à prendre en compte?

Avec le titre “Von der Kunst die Waffen gegen sich selbst zu richten” («De l’art de tourner les armes contre soi-même»), Operndorf Afrika propose comme point de départ l’une de ses stratégies inhérentes, désireux d’élargir cette analyse par les positions et le savoir-faire de nos invités.

 

Friedrich von Borries est architecte et professeur de design au HfbK de Hambourg. Dans son travail, il se concentre sur la relation entre le design et les transformations socio-politiques, l’idée traditionnelle du «design en tant que solution» étant souvent reformulée par une approche plus anticipative du design en tant que représentation d’un «problème futur». Son exposition actuelle “Politics of Design. Design of Politics”est présentée à la Pinacothèque de Munich jusqu’en septembre 2019.

Clémentine Deliss est ethnologue et professeure d’études curatoriales et de la dramaturgie appliquée au HfG Karlsruhe. De 2010 à 2015, elle a travaillé comme directrice du Weltkulturen Museum à Francfort a. M. Ses recherches sur la révision post-ethnologique des collections historiques figurent largement parmi les expositions, comme récemment dans le cadre de «Hello World» à la Hamburger Bahnhof à Berlin.

Ariane Müller travaille en tant qu’artiste, auteure et éditrice du magazine d’art Starship, qu’elle a cofondé en 1998. En 2013, elle a publié «Un manuel pour un voyage en Afrique» (“Handbuch für die Reise durch Afrika”), qui est à la fois un roman, un travail de terrain et une critique post-coloniale. Elle donne régulièrement des conférences dans diverses académies européennes, actuellement professeur invité à la HfG Offenbach et à l’Académie des beaux-arts d’Umeå.

Sonja Lau est une conservatrice et critique basée à Berlin, qui se concentre sur l’histoire de l’art en tant que construction d’histoires alternatives.

 

Le panel sera créé avec l’aimable soutien de:

Le panel prend place dans le cadre de la présente exposition DONKÔKÉNÉ ZWEI – A GERMAN SUBTITLE présenté par Operndorf Afrika. Pour plus d’informations sur l’exposition, cliquez ici