Focus Culture

Photo: tatjana scheikert
Photo: Marie Köhler
Photo: Marie Köhler
Photo: Marie Köhler
Photo: Marie Köhler
Photo: Marie Köhler
Photo: Marie Köhler

Le programme culturel de
l’Operndorf Afrika

La valeur de l’art et son ancrage dans la vie quotidienne étaient pour Christoph Schlingensief un centre important dans sa pensée artistique. Pour son dernier projet, l’Operndorf Afrika, l’art représentait son objectif principal à côté des paliers de l’éducation et des soins médicaux.

Depuis 2012 a lieu à l’Operndorf Afrika un large programme culturel de présentations de théâtre et de danse, de films et concerts. Il est conçu et organisé par un directeur local, Alex Moussa Sawadogo, en coopération aussi bien avec des artistes et institutions culturelles burkinabés qu’avec également le Goethe-Institut.

Les représentations sont bien fréquentées et attirent régulièrement des créateurs de culture et intéressés de la capitale distante d’environ 30 kilomètres. A côté de ces représentations, on organise des ateliers pour enfants et adolescents dans les différents domaines de l’art.

«Ce qui se passe à l’Operndorf Afrika est beaucoup plus beau à voir que ces
trucs surélevés dans la scène artistique. Et qu’est-ce que c’est cet art qui n’a plus d’accès, qui ne fait entrer plus personne, et qui elle-même ne sait plus ressortir d’elle-même? Il s’agit ici de financer une plate-forme artistique fonctionnant comme base pour les enfants et adolescents. Afin que nous apprenons à nouveau comment se crée et se développe la créativité. C’est ça l’idée de l’Operndorf Afrika.»
Christoph Schlingensief

Le point central du programme
culturel d’Operndorf Afrika

Le premier point central du programme culturel est l’orientation mensuelle de trois à quatre évènements culturels dans l’Operndorf Afrika pour la population de la région. En font partie la présentation de films de cinéma africains importants, la représentation de spectacles d’invités de théâtre et de danse pertinentes et de l’époque, des concerts et également des soirées avec des raconteurs d’histoires traditionnels.

Un deuxième objectif de la conception de programme artistique est la mise en réseau avec la scène culturelle locale. Par la mise à disposition de l’infrastructure de l’Operndorf Afrika, composée par des maisons pour artistes, un studio de son et des ateliers, elle prend de plus en plus forme et permet ainsi la création d’un espace créatif libre.

Suivant cette idée, on a ajouté en 2015 un programme international Artist-in-Residence à l’Operndorf Afrika: Veuillez apprendre plus ici.

Le programme culturel de l‘Operndorf Afrika poursuit en outre l’objectif de compléter l’orientation artistique de l’école primaire par une offre extrascolaire en forme d’enseignement d’art et de musique, un groupe de théâtre, une classe de cinéma et des ateliers changeants avec des artistes établi(e)s. Puisque l’école Operndorf n’est pas une école primaire normale au Burkina Faso, elle suit un concept artistique dans l’enseignement. Vous pouvez apprendre plus au sujet du programme d’éducation à l’école primaire d’Operndorf ici.

Tous les mois, des points de programme changeants sont conçus par le Directeur artistique Alex Moussa Sawadogo et proposés ensemble avec des artistes nationaux et internationaux aux enfants, parents et voisins de l’Operndorf Afrika.

Le budget du programme culturel se chiffre à 1.000 Euro par mois avec lequel on finance des ateliers, évènements et excursions des enfants et adolescents de l’Operndorf Afrika vers des institutions culturelles liées à Ouagadougou. Le programme culturel a lieu en parallèle au programme du calendrier scolaire d’octobre jusqu’en fin juillet – en été, le programme est en repos comme l’école.

«Ca veut dire quoi, opéra? L’endroit, le village où nous voulons construire
n’est pas là pour y chanter plus tard des arias ou pour faire jouer un orchestre symphonique. Mon idée de l’Operndorf est toujours liée à l’espoir de créer ensembles, avec l’engagement et l’argent de beaucoup de gens, un organisme qui développera sa propre vie, par nous et surtout par les hommes qui y sont.»
Christoph Schlingensief