Focus Architecture

Photo: kéré architecture
Photo: operndorf afrika
Photo: lennart laberenz
Photo: kéré architecture
Photo: kéré architecture
 
 
«L’architecture sociale»

Le concept de Diébédo Francis Kéré

L’architecture primée, écologiquement durable et adaptée aux conditions de la nature et de vie de Francis Kérés fonctionne selon les principes de la construction à bas prix: on développe un modèle de construction qui est adapté non seulement de façon climatique mais qui utilise également les potentiels existants sur place – aussi bien les matériaux de construction traditionnels que la main-d’œuvre existante.

Pendant la phase de construction de ses bâtiments, Kéré met l’accent sur le transfert de connaissances au sujet de l’utilisation professionnelle des matériaux et les techniques de construction vers les ouvriers/ères locaux. L’éducation était également un sujet important pour Christoph Schlingensief et est un élément intégral pour la construction de l‘Operndorf Afrika.

Tout ce qu’il faut apprendre aux ouvriers/ouvrières locaux est la manipulation d’une scie à main et d’un petit appareil à souder. L’important pour Kéré est une architecture durable et sociale sous des conditions économiquement et écologiquement acceptables: le terme construction sociale de Francis Kéré intègre les hommes dans la construction – tout le monde aide. Cette idée d’architecture sociale se réunit avec l’idée de Schlingensief d’une plastique sociale Operndorf. En 2009, Kéré invita Schlingensief dans son village d’origine Gando éloigné de quatre heures de voiture de la capitale Ouagadougou et lui montra son projet, une école primaire pour 500 enfants qu’il avait construit ensemble avec les habitants du village.

Francis Kéré et
Christoph Schlingensief

Kéré et Schlingensief se reconnaissaient comme partenaires pour le projet Operndorf Afrika. A la suite du voyage à Gando, ils développaient le concept d’architecture pour l’Operndorf Afrika. Les deux étaient d’accord sur les questions centrales devant accompagner la construction de l’Operndorf : quelles sont les attentes des hommes sur place et de quoi ont-ils besoin ? Quels matériaux de construction naturels sont existants là-bas ?

Kéré a réhabilité l’utilisation de matières naturelles comme l’argile, le sable et la pierre sur place, et relie les types de construction traditionnels aux nouveaux concepts écologiques et durables. Il y a de l’argile en masse mais il était considéré longtemps comme « matière de construction pour les pauvres » et non adapté à la construction. Les hommes savent par expérience qu’une construction en argile ne survit que rarement à une saison de pluies. Ils cherchent donc des matériaux de construction chers et difficilement manipulables sur place comme par exemple le ciment. Kéré lui-même a développé une technique de mélanger l’argile de façon à ce qu’il résiste à la pluie – avec une utilisation minimale d’électricité et d’eau et en utilisant uniquement env. 8 pourcents de ciment. Ces briques en argile peuvent être fabriquées localement malgré le manque d’électricité et d‘eau. Les hommes sur place peuvent construire ainsi leurs projets de manière autonome et les réparer par la suite.

De cette manière doit être créé un Operndorf fonctionnant organiquement avec un système écologique autosuffisant et qui garantit une exploitation durable des ressources naturelles. Francis Kéré a conçu pour l’Operndorf Afrika des modules de bâtiment spéciaux selon les possibilités et nécessités locales garantissant une utilisation durable et multiple. Sa technique climatique fournit une température constante et agréable sans électricité.

«Le lieu n’est pas important puisqu’après, on chante une aria ou
un orchestre symphonique joue … tout ceci n’est pas nécessaire. Ma vision de la place serait toujours liée à l’espoir que cela commence à vivre dans ses propres
lieux – par les hommes qui y vivent, donc particulièrement par l’école. Je crois maintenant que le terme Operndorf prend son chemin à travers le monde. On voudra y aller plus tard pour regarder. Et lorsqu’on est là et on regarde les enfants, l’école et le terrain de sport et la pâture et la clinique et peut-être encore
même une chambre qu’on a réussi à dénicher, et la scène qui est toujours à disposition où on peut s’y exprimer à tout moment avec quelques mots, un mot de salut ou peu importe quoi. C’est peut-être ça!»
Christoph Schlingensief

Le plan pour
l’Operndorf Afrika

Schlingensief et Kéré partageaient le projet en trois phases de construction : la première phase de construction devait comprendre la construction d’une école primaire – avec une cantine intégrée, une cuisine, une salle de projection de films, un studio de son, des bureaux, entrepôts et maisons d’habitation pour les professeurs. La deuxième phase de construction mettait au centre un dispensaire. Ont été planifiés en outre la construction de maisons d‘hôtes et d’un petit restaurant. Dans la troisième et dernière phase de construction, on devait réaliser le cœur du complexe, le Festspielhaus, au centre et au milieu de la place. Vous pouvez trouver plus d’informations au sujet de l’architecture de Francis Kéré sur kere-architecture.com.

L’architecture
de l’Operndorf Afrika

L’école

Terminé et en fonctionnement

En octobre 2011 a été ouverte la première brique du projet de l‘Operndorf Afrika, une école primaire avec cantine intégrée. Grâce à l’architecture qui intègre un concept d’aération spécial et plusieurs fois primés, les salles sont agréablement fraîches et permettent un apprentissage plus concentré. La construction du toit est composée d’un toit double permettant la circulation de l’air dans les salles. L’avancée du toit assombrit en plus la façade et empêche ainsi la surchauffe de l’espace intérieur.

Le toit supérieur en tôles ondulées est porté par une construction en acier se trouvant sur une couche BTC massive briquetée avec des fentes d‘aération. Par cette formation double du toit, l’air peut circuler entre les deux couches du toit. Sur le côté frontal et à l’arrière, les salles ont été équipées respectivement avec des fenêtres à lamelles en métal qui permettent en outre une aération verticale. Au contraire des écoles typiques du pays construites en béton, cela permet un climat agréable des espaces.

A la première phase de projet appartiennent en tout 16 bâtiments réalisés (bureaux, maisons d’habitation pour professeurs, un studio de son, deux bâtiments d’école, une salle de projection de films, des ateliers artistiques, une cantine scolaire avec cuisine et salles à manger) en exploitation depuis octobre 2011. La même année, le projet d’école a été connecté au réseau public d’électricité et d’eau avec le soutien du gouvernement du Burkina Faso.

L’agrandissement de l’école par un dernier bâtiment est planifié pour le printemps 2017 avec des coûts de construction prévisionnels de 95.000 Euro.

Les modules d’habitation et
de fonctionnement

Réalisés partiellement

Francis Kéré a conçu pour l’Operndorf Afrika des modules de bâtiment spéciaux pour une utilisation multiple et à long terme. On peut les utiliser ainsi par exemple comme espaces de stockage, d’habitation ou bureaux. Vingt de ces modules ont déjà été réalisés.

A côté des professeurs de l’école primaire, le personnel du dispensaire à l‘Operndorf Afrika vit dans ces modules d‘habitation. Ont été terminés en outre en 2014 trois résidences pour artistes mises à la disposition des artistes du programme Artist-In-Residenz.

Il y a en outre des modules de fonctionnement servant comme bureaux ou entrepôts ou faisant partie du complexe de la cantine scolaire. Un de ces modules de fonctionnement a été équipé comme studio de son et est à la disposition de la classe de musique de l’école Operndorf.

La construction d’autres modules d’habitation et de fonctionnement est en projet.

Le dispensaire

Terminé et en exploitation

Francis Kéré voulait créer avec cette nouvelle construction d’un côté un ensemble de bâtiments fermé assurant une séparation d’espace des aspects de santé et maladie dans l‘Operndorf Afrika par rapport à l’école, la cantine et les unités administratives. En même temps, la conception ramène de par ses nombreuses ouvertures, fenêtres et semi-toits à la proximité du village et permet une vue sur le paysage.

Le bâtiment de 800 m2 est partagé en trois zones, avec partiellement des entrées et sorties séparées, obtenant ainsi une séparation intelligente des domaines de travail du dispensaire. Il permet en même temps une proximité fonctionnelle vers les domaines généraux de l’administration et la pharmacie.

La construction met l’accent particulièrement sur la proximité sociale, et en particulier pour les proches des malades et les familles des mères qui vont accoucher. Pour non seulement renforcer l’aspect collectif mais lui donner même son espace, Kéré a intégré des cours vertes partiellement couvertes pour les familles des malades où elles ont la possibilité de séjourner, se rencontrer et faire la cuisine.

Les cours intérieures vertes et l’alignement apparemment aléatoire de nombreuses fenêtres et ouvertures à différentes hauteurs ont encore un but tout à fait différent : Kéré utilise l’effet de l’aération en entrée et sortie pour refroidir de manière naturelle les bâtiments à des températures quotidiennes dépassant largement les 30 degrés. Pour deux cours vertes intérieures de ce dispensaire, l’air frais pré-filtré coule dans le bâtiment. Les cours intérieures plus petites génèrent par des ouvertures vers le haut un effet cheminée et ressortent l’air chaude – on a pu créer ainsi un système de ventilation naturel.

Trois arbres vieux de plusieurs décennies ont pu être intégrés dans la construction et conservés ainsi, d’autres arbres ont été offerts à l’Operndorf Afrika par les villages dans les alentours, et plantés dans les cours intérieurs. Le projet qui avait déjà intégré les communes avoisinantes dans la construction du centre, a été créé dès le début comme projet collectif avec la commune, le pays et la population.

Le dispensaire comprend les services d’urgences, la maternité et un cabinet dentaire. Il est en service depuis mi-2014, et a été créé avec le soutien amical de l’organisation humanitaire internationale les Grünhelme e.V. et le ministère fédéral pour la coopération économique et le développement.

Le «Festspielhaus»

En projet

Le «Festspielhaus» doit former le centre de l‘Operndorf Afrika et fonctionner comme un lieu de l’art : ici doivent avoir lieu des représentations de théâtre, de films et d’opéra et autres évènements culturels, ce doit être en même temps un lieu de réunion et de rencontre. Le «Festspielhaus» et le «Festplatz» (place de fête) sont à proximité immédiate de l’école, des habitations et des modules de fonctionnement dans lesquels les habitant(e)s enseignent, apprennent, habitent et travaillent. Un alignement symbolique pour le lien direct de la vie culturelle avec la vie quotidienne. Déjà aujourd’hui, la place devant le «Festspielhaus» s’est développée en un lieu de rencontre et d’évènement public.